Archives

commentaires | article précédent

.: Liège-Durbuy en 80 kilomètres.

.: posté dans Site par Matthieu le 21/9/2013 à 22:48

Oui, on sait si vous regardez bien sur la documentation du RAVeL, si vous demandez à Google Maps(*), ça n'en fait qu'une cinquantaine. Néanmoins, j'avais remis le compteur à zéro avant de partir, et son calcul est sans appel. Nous avons parcouru 80 bornes en vélo le samedi pour rejoindre Durbuy.

Suite à notre première année dans la chaumière kinkempoise, aux investissement massifs effectués en tuiles et briques nécessaires en découlant, nous avons opté pour des vacances économique champêtres, sans les enfants, ... , en camping.

Bref, nous avions besoin de congés. Et croyez-le ou non, mais malgré le budget serré, malgré le ciel menaçant, malgré le mauvais état du Ravel, et malgré le poids insoutenable de nos bagages stockés dans Croozer, on s'en est payé une bonne tranche.

En quelques mots, le ravel le long de l'Ourthe, (Allez! On passe sur l'état de certaines dalles de béton) c'est un vrai bonheur. Une Vallée toute verte, ça démarre dès qu'on quitte la ville, ça fait du bien, c'est champêtre, c'est bucolique, et comme ça suit le cours d'eau, c'est quasiment plat.

Ourthe

Le problème de ce RAVeL, c'est que tous les tronçons ne sont pas terminés. Le corolaire amusant, s'il n'y a plus de chemin lorsqu’on longe une rivière sur ses berges, on s'en écarte. Et quand on part du fond, ça ne peut *que* monter. Ce sont probablement ces petits écarts passés à faire des aller-retour pour retrouver le ravel et les tronçons de grand route- parce qu'on trouve pas cette salopeire d'itinéraire de liaison- qui nous ont coutés les 30 kilomètres en extra, et les 10cm supplémentaire de tour de mollet.

Nous sommes malgré tout arrivés au camping (à Barvaux) heureux, mais un peu fatigués.

Fort de notre expérience, la carte montrant, un écart non négligeable entre l'Ourthe et le restaurant réservé pour le soir, nous l'avons poliment décommandé, lui préférant un établissement pouvant être rejoint en limitant le dénivelé.

Durbuy
annePorte

Nous avons donc opté pour le centre de Durbuy, ville la plus petite du monde ayant fait sa fortune dans le gathering pour Néerlandais.

Durbuy n'étant qu'à une poignée de méandres de Barvaux, nous ré-enfourchâmes nos montures, pour y arriver à l'heure dite des lapereaux (quand papa et maman lapin mettent leur petit au lit, pour se boire une bonne Chouffe).

Une fois « laperau » terminé, ce fut l'heure du gueuleton. Un bon trois services, qui copieusement arrosé de vin termina de nous faire oublier les kilomètres engloutis pendant la journée.

Retour au camping par la grand route, avec une descente de 5 km à fond les guidons. Il me reste encore des pattes de mouchettes dans la paupière.

C'est là qu'après une courte méditation le nez dans les étoiles, nous avons affronté l'irrégularité insoupçonnée du sol qui nous servait de matelas.

Courte nuit, mais dont je ne fus pas mécontent de voir le bout, le sol étant un brin trop dur à mon gôut.

Douche sommaire, croissants et café sur une terrasse, et déjà l’heure de se remettre en route.

Cette fois-ci nous avons évité les grand-routes en prenant le train sur les 10 kilomètres au balisage approximatif de l’itinéraire de liaison. Nous avons acheté nos billets Bomal Comblain-la-tour, et dégusté une petite Durboise sur le marché local en attendant notre omnibus.
La suite du voyage s’est passée sans encombre, arrivée à Esneux au poil, un quart d’heure avant la fermeture de la friterie, histoire d’aborder les 25 derniers kilomètres le ventre bien rempli.

gareDeBomal

Bref.
Un road trip comme on les aime.

Jombides

DSC_0006

On recommencera. :)

(Toutes les photos ici: http://www.en-neuvice.be/albums/durbuy/)

[*] Ou Nokia Maps, si vous aimez la technologie finlandaise / soutenez un membre de la famille

.: - article précédent :.
.: tags : Durbuy, Ourthe, brompton, vacances, vélo :.
# - il y a 0 commentaire - [top]
# Suite aux plus de cinq mille spams redirigeant vers des contenus à petite vertu, les commentaires sont désactivés.